Née again dans Saint-Roch

Photo de "Où tu vas quand tu dors en marchant" prise de mon balcon.

Photo de “Où tu vas quand tu dors en marchant” prise de mon balcon.

 

Je suis née il y a un an. Dans Saint-Roch. Saint-Roch, mon quartier depuis 2006. Un quartier que j’aime pour la facilité que j’ai à m’y sentir complice de ses respirations. Car Saint-Roch respire toutes les odeurs de Québec. Saint-Roch les attire comme la lumière les papillons. Voilà bien pourquoi j’ai fini par y aboutir. Sans brûler mes ailes. Au contraire.

Je suis une indécrottable urbaine. Je fais presque tout à pied. Y compris, surtout, ne rien faire. Avec son sentier le long de la Saint-Charles, Saint-Roch est l’endroit idéal pour commencer ces moments de grâce où nos pieds nous mènent par le bout du nez. Croyez-moi sur parole, je les ai laissés faire si souvent.

Née à Saint-Roch? Je l’arpente dans tous les sens. J’aime, l’été, quand les chauds rayons du soleil rencontrent l’asphalte et qu’il en découle une chaleur suffocante. L’ombre n’en est que tellement plus délicieuse. Souvent, j’ai longé ces ombres en direction du parc Victoria, quartier Saint-Sauveur, tout à côté. Un banc, à l’ombre, m’y attend. Un banc, un roman. Des heures d’évasion, dans l’un des endroits les plus méconnus de Québec. Chut!

D’autres fois, je cherche un coin à l’ombre près de la marina. De là, je regarde les cyclistes filer à travers Saint-Roch. Depuis toujours, je me plais à observer ainsi mes semblables. Pourquoi? Est-ce vraiment important que je le sache?

L’automne, l’hiver, le printemps, l’été, toujours à pied, je traverse mon quartier d’un trait vers CKRL, dans Limoilou. J’adore y faire de la radio. J’en ai fait à CKIA aussi, jadis.

J’aime les petits commerces de Saint-Roch. J’y trouve pratiquement tout ce dont j’ai besoin. Mais j’avoue parfois tricher. Hélas, le Crac n’est pas dans Saint-Roch. Je me prends à imaginer qu’une nuit, on l’enlève et on l’implante quelque part, rue Saint-Joseph. Rassurez-vous, amis de Saint-Jean Baptiste, j’en rêve seulement. Je monte volontiers vers la haute.

De là, je contemple du regard ce quartier qui m’a vue naître. J’en ai presque les larmes aux yeux.

Mon mystère vous intrigue? Il n’en est pas un pour qui me connaît. Pour les autres, servez-vous un peu de votre jugeote.

J’aime Saint-Roch, pour sa tolérance à l’inédit!

Michelle Monette
Fière citoyenne de Saint-Roch